Mars 2017

Économie et Stratégie

Bonjour,

Voici un commentaire de notre économiste et stratège en chef publié au début du mois de mars qui reflète très bien la position que nous avons dans nos portefeuilles discrétionnaires depuis le mois de mai 2016.

Depuis sa parution la Réserve fédérale a effectivement monté ses taux de .25% soit le 15 mars dernier.

Points saillants :

• L’indice MSCI Tous pays a terminé le mois de février sur un record absolu. Globalement, nous apprécions le fait que la plupart des marchés boursiers aient été propulsés par la croissance des bénéfices plutôt que par une expansion des ratios C/B jusque-là en 2017. Mais nous considérons toujours que le rythme actuel n’est pas soutenable. À moins de statistiques économiques supérieures aux prévisions, nous nous attendons à une consolidation du marché au cours des prochaines semaines.

• L’indice S&P/TSX a culminé à un record absolu en février et a, depuis, cédé la quasi-totalité de ses gains réalisés au début de l’année. Le secteur de l’énergie reste le principal boulet de l’indice S&P/TSX. Il représente environ 20% de l’indice et a enregistré un repli de 7% depuis le début de l’année après avoir bondi de 32% en 2016. Notre décision le mois dernier de réduire notre exposition à l’indice S&P/TSX au profit des actions américaines a été payante.

• À ce stade-ci, nous continuons de recommander une répartition des actifs privilégiant les actions au détriment des obligations, avec une part de liquidités plus importante qu’à l’accoutumée. Bien que le contexte cyclique actuel reste encourageant pour les actions, nous craignons d’augmenter notre position en actions à ce stade-ci, puisque les risques géopolitiques pourraient être amplifiés par une intervention plus énergique de la Réserve fédérale qui semble maintenant avoir l’intention de hausser les taux d’intérêt dès ce mois-ci.

Stéfane Marion

Économiste et stratège en chef

Matthieu Arseneau

Économiste principal