Décembre 2018

Le mensuel boursier


Points saillants :

« Aprèsun rebond prometteur en novembre, les marchés boursiers mondiaux ont rechuté audébut de décembre. La perspective de croissance des bénéfices reste incertaine.La bonne nouvelle est que les États-Unis et la Chine se sont entendus sur une trêvecommerciale au sommet du G20 en Argentine, le 1er décembre. La mauvaisenouvelle, c’est qu’un délai de 90 jours est extrêmement court pour négocier un nouvelaccord de libre-échange entre les deux superpuissances. »

• « Malgré des prévisions relativement bénignes pour les États-Unis,les actions continuent de faire du sur place jusque-là au T4. Où le bâtblesse-t-il? Les marchés ont été surpris par l’inversion d’une partie de lacourbe des rendements américains. Plus précisément, la courbe des taux 5 ans-2ans américaine s’est inversée en décembre pour la première fois depuis 2006.Historiquement, ce signal est précurseur d’un ralentissement économique ou d’unecontraction sur un horizon de 12 à 18 mois. Il y a eu de faux signaux mais dansces cas, la courbe est redevenue plus pentue en raison d’une baisse des taux d’intérêtde la

Réserve fédérale. On ne peut donc pas écarter une volte-facede M. Powell dans les prochains mois ou pour le moins un ton beaucoup plusaccommodant. »

« Au moment de rédiger ces notes, l’indice S&P/TSX est enbaisse de plus de 8% depuis le début de 2018. Les secteurs de l’énergie (18% del’indice) et des banques (23% de l’indice) restent à la peine et l’indice canadiende référence demeurera en butte à des difficultés. Sur le front de l’énergie, l’écartentre le brut WTI et le brut WCS s’est réduit assez nettement ces dernièressemaines avec la fin des arrêts temporaires de raffineries clés aux États-Uniset les réductions de production planifiées ordonnées par le gouvernement de l’Alberta.Il pourrait encore y avoir une lueur au bout du tunnel. »

• « Notre répartition des actifs reste inchangée ce mois-ci.Nous préférons rester prudents en attendant la prochaine réunion du FOMC en décembre.Nous serions prêts à redéployer une partie plus importante de nos excédents deliquidités, mais la Réserve fédérale doit d’abord préparer le terrain pour unedépréciation du dollar américain et une courbe des rendements obligataires pluspentue en se montrant plus accommodante. Notre rotation sectorielle est égalementinchangée ce mois-ci avec un penchant pour le secteur des ressourcesnaturelles. »

** il s'agît d'un extrait provenant Le mensuel économique,Économie et Stratégie, Banque Nationale Marchés Financiers, Décembre 2018.

Stéfane Marion

Économisteet stratège en chef

Matthieu Arseneau

Chef économiste adjoint

Veuillez cliquer sur ce lien pour accéder au rapport complet.