Bienvenue

Merci d'avoir consulté notre site Web. Nous vous invitons à prendre connaissance de celui-ci car il vous permettra de connaître notre équipe.

Les courtiers en valeurs mobilières Jacques Ampleman et Jean Boulanger, ainsi que leur précieuse adjointe, Francine Gagnon, ont développé une importante expertise au fil des ans. En septembre 1985, Jean Boulanger et Jacques Ampleman se sont joints à Geoffrion Leclerc Inc., devenue par la suite Lévesque Beaubien Geoffrion (1989) et Financière Banque Nationale (2000), une filiale de la Banque Nationale. Ils ont surmonté avec succès les crises financières qui ont jalonné leur parcours, consolidant ainsi leur crédibilité et leur notoriété.

Détenteurs de baccalauréats en relations industrielles et en administration des affaires, les membres de notre équipe sont bien outillés pour surmonter les défis de l’industrie des valeurs mobilières. Nous accompagnons notre clientèle dans la gestion de patrimoine, et ce, à tous les niveaux : la gestion de portefeuille, la planification financière et la planification successorale. « En contrepartie, souligne M. Boulanger, la Banque Nationale reconnaît le savoir-faire de notre équipe et y fait appel pour des besoins très précis. »

Une nouvelle partenaire s’est jointe à nous dernièrement, Mme Geneviève Boisvenue, qui détient un baccalauréat en administration des affaires, option technologies de l’information. Cet ajout nous permettra de maintenir un service à la clientèle distinctif.

LA GESTION DE PORTEFEUILLES

Cette équipe chevronnée respecte des principes bien établis. « En général, c’est la répartition des actifs (revenus fixes et actions) d’un portefeuille qui détermine à 95 % son rendement, explique M. Boulanger, et non le choix des titres individuels. » Or, cette répartition se fonde sur le profil du client, une donnée capitale pour ces gestionnaires. « Lorsque la répartition des actifs correspond au profil du client (sa tolérance au risque), ajoute M. Ampleman, celui-ci demeure à l’aise avec les fluctuations de son portefeuille. Par ailleurs, nous devons tenir compte des attentes de nos clients tout en étant transparents dans notre approche. Nous n’achetons pas la saveur du jour, illustre-t-il. Nos compétences, nos connaissances et notre expérience nous aident à envisager la situation à long terme, au bénéfice de nos clients. »

 

S’ADAPTER AUX CHANGEMENTS

Lors de la crise financière de 2008, leur approche conservatrice s’est avérée salutaire. « Les portefeuilles de nos clients sont soit équilibrés, soit conservateurs, explique M. Boulanger. Ainsi, lorsqu’est survenue la crise, nous nous en sommes bien tirés. Toutefois, il y a un temps pour chaque chose. Aujourd’hui, les taux sont très bas et nous devons nous adapter à la situation. Dans les cinq prochaines années, le marché boursier devrait offrir de belles occasions dont nous voulons faire profiter nos clients, tout en respectant leur profil d’investisseurs. »

 

De plus, diverses stratégies permettent d’obtenir un meilleur rendement… ou de payer moins d’impôt. « Par exemple, des placements de qualité et éprouvés permettent aux clients de reporter le paiement d’impôt aussi longtemps que nécessaire », soutient M. Boulanger. Aussi, l’industrie des services financiers se dirige vers une plus grande transparence en ce qui a trait à la divulgation des frais chargés au client pour la gestion des portefeuilles. Ainsi, notre clientèle se voit progressivement offrir une transparence complète tout simplement en adhérant à une gestion de portefeuille basée sur des honoraires (%) clairs et précis. Maintenant, ces clients connaîtront le coût exact de nos services.

 

UNE ÉQUIPE À L’AFFÛT

Comme le recommande le réputé gestionnaire Peter Lynch, de Fidelity Investments, l’équipe observe ce qui se passe autour d’elle afin de saisir toute occasion d’investissement. Ainsi, en 2001, Jean Boulanger a constaté que les vêtements Under Armour jouissaient d’une excellente cote auprès des footballeurs. En restant à l’affût, il a pu recommander à certains clients, à la suite de l’engouement qu’a engendré l’entrée en bourse d’Under Armour, d’acheter ce titre, puis de le vendre avant la crise, avec un profit considérable. Ce titre est revenu dans le portefeuille de cette équipe en 2010 et continue de connaître une croissance exceptionnelle!

 

Enfin, les clients demeurent au cœur de leurs préoccupations : « Chaque fois que nous communiquons avec eux, conclut Mme Gagnon, nous nous faisons un plaisir de leur offrir un service de qualité supérieure! »